Le Deal du moment : -44%
-44% sur la carte mémoire microSD SanDisk ...
Voir le deal
103.49 €

Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée
Derniers sujets
Mots-clés

dort  chasse  poètes  elle  petit  cube  hiver  

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Voir toute la liste

Flux RSS

Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 
Elle dort ( poésie libre)
Ven 20 Nov - 13:02tapanur
Elle dort ma vie, ma souffrance, elle dort.
Et le vent passant au dehors, je suis mort,
M’a porté jusqu’à son décor, son encore,
Pour border l’enfant dans son corps, triste sort.

Je soupire et passe près d’elle en sourire,
Remontant le drap sur son sein, je transpire,
Puis m’éloigne de ce tableau pour en rire
De chagrin de haine et de peur, je chavire.

Le quotidien de l'amour (pièce en un acte)
Lun 11 Mai - 6:34tapanur
Le quotidien de l'Amour 
(second degré exigé)

- Dis, Patrick, tu m'aimes ?

- Oh, putain, la question à la con ! Allez, lâche ta bouteille de Javel et viens un peu là, je vais t'expliquer un truc ! Et puis enlève ces gants en plastoc, on dirait une bonniche ! T'es quand même ma femme, non ? (Il sourit)
- Voilà, donne-moi la main, Bébé ! Alors, ça fait combien de temps qu'on est …
Apocalypse selon Saint-Tapanur (alexandrin)
Mar 2 Juil - 18:02tapanur
Le feu nous brûlera, que nous avons nourri
Aux forges de la peur, depuis la nuit des temps.
La Bombe nous viendra comme une lourde amie,
Vomissant la fureur et consumant les champs.

J'ai vu, dans mon grenier, la poussière frémir
Aux lointains grondements d'une gueule putride,
Et, au coeur d'un brasier, mes plus beaux souvenirs
Soufflés aux hurlements de tornades fétides.

J'ai vu les yeux …
Mon phare (alexandrin)
Mar 2 Juil - 17:59tapanur
Etoile des bergers, phare des âmes mortes,
Je ne vois plus briller ton feu dans le lointain. 
Allume ta chandelle et entrouvre ta porte, 
Je suis bercé des vents et je cherche ta main.

Je dérive à la nuit noire, d’encre et profonde.
Entends mon cri perdu qui caresse ta lande ! 
Ecoute-la, battant, mon aile moribonde,
Elle porte vers toi la douce sarabande !

Je ne veux plus sombrer dans …
Prière (hexasyllabe)
Mar 2 Juil - 17:58tapanur
Par tous les seins en pointes
A mon levant radieux, 
Mes deux caresses jointes
Au coeur de tes aveux,

Je suis le doux prieur
Accoudé sur ta peau, 
Lui sifflant, enjôleur,
Le chant de son appeau.

Toi, vierge énamourée
Cachant de ses deux mains
La toison détrempée
De ses pleurs enfantins,

Tu rosis sous ton voile
Et, du fond de l’orient,
L’horizon se dévoile
Au matin …
Le Marais (alexandrin)
Mar 2 Juil - 17:56tapanur
La nuit vaut bien le jour quand naissent les secrets 
D’un mystérieux détour au calme du marais.
Un trésor est caché par-delà les roseaux 
Mais, ne pas le trouver, c’est là le vrai cadeau !

Le silence se tait comme enfin apaisé
De ce digne respect pour l’infinie beauté 
Puis, sortant de la peur et de sombres abysses,
Se répand un grand choeur de crapauds et de lys.

Il ne …
Nous deux (alexandrin)
Mar 2 Juil - 17:55tapanur
J’ai plongé dans le vent les lignes de mes mains,
La ligne de la vie et celle de l’amour.
L’hameçon frétillant de mes vers enfantins
Se moquait bien du temps qui faisait demi tour.
 
Les années ont passé, j’ai laissé sur la rive
Une nasse affaissée au poids de mes saisons,
Vide comme un bateau démembré qui dérive
Aux confins imprécis de lointains horizons.
 
Tu serrais ta …
Le Mur (sonnet)
Mar 2 Juil - 17:54tapanur
Le mur terne et croûteux, sinueux et rampant,
Souvenir du passé, vestige d’une gloire,
Ancre son pied balourd dans une terre noire
Et se cache au treillis d'un vieux lierre grimpant.

Lui, par ces temps bénis, qui découvrait pimpant
Son torse de granit, sous l’assaut dérisoire 
Des boulets et des cris a perdu la mémoire.
Le voici dans l'hiver, miséreux, s’estompant.

Ainsi va toute …
Un soir (texte libre)
Mar 2 Juil - 17:53tapanur
Tout passait devant nous, corbillards familiers aux chromes éclatants,
hordes furieuses et femmes pressées, sous un fichu de peur. Tout passait,
comme autant de troubles anciens, d'indifférentes peines et de lointains
combats. La parade était sans fin, la foule, sans âme, et nos corps
peinaient à vivre encore, ondoyant péniblement au rythme d'un souffle trop
court. Il nous restait encore …
Marque-page social
Marque-page social reddit  Marque-page social google      

Conservez et partagez l'adresse de Poésie sur votre site de social bookmarking
Meilleurs posteurs
137 Messages - 100%
Mai 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier

Ceux qui commencent le plus de sujets
Statistiques
Nous avons 2 membres enregistrésL'utilisateur enregistré le plus récent est CarolllNos membres ont posté un total de 136 messagesdans 136 sujets